Lorsque je me suis inscrite, je n’avais franchement aucune idée de ce que je pourrais bien apprendre dans un cours intitulé « Gestion des connaissances », ces termes ne me donnaient aucune piste sur ce que pourrait être la matière du cours. Évidemment, je ne pouvais pas avoir une idée claire du contenu, puisque je n’avais jamais avant aujourd’hui entendu parler de ce dont nous avons discuté en classe lors de cette session. Je peux donc affirmer que ce cours a été très enrichissant. Tout d’abord, j’ai aimé le fait que nous étions obligés d’utiliser les réseaux sociaux dans le cadre de ce cours. Je n’avais jamais vraiment publié sur Twitter auparavant et j’étais contente de pouvoir avoir la chance d’utiliser et d’échanger avec d’autres personnes pour réellement comprendre toutes ses fonctions. J’ai donc appris comment me servir d’une plateforme très populaire présentement et qui va probablement m’être utile dans le futur étant donné que je compte travailler dans le domaine de l’événementiel, où les communications se font régulièrement à travers des réseaux sociaux. De plus, je n’étais pas au courant que des plateformes telles « scoop.it » existaient. Ce fut une découverte intéressante qui m’a permis d’aller chercher des articles pertinents pour ce cours, mais aussi pour mes autres cours. Cette plateforme m’aide aussi à recenser des articles qui sont intéressants dans le cadre de ma recherche pour la rédaction de mon mémoire. J’ai effectivement trouvé plusieurs articles concernant le « stress numérique » et la « dispersion au travail » que je n’avais pas trouvé en fouillant simplement sur Internet. Par ailleurs, j’ai utilisé un peu moins le Blogue, mais j’ai trouvé bon d’apprendre qu’il y a des applications gratuites qui permettent d’en créer un. Je ne connaissais pas « WordPress » et je crois encore une fois que c’est une plateforme qui pourra m’être utile dans le futur dans le cadre d’un emploi en communication. Bref, tout au long de mes études universitaires en communication j’ai toujours trouvé étrange que nous ne parlions pas davantage des plateformes de réseaux sociaux, car ces dernières occupent bien évidemment une place importante dans les emplois en communication. Par conséquent, j’étais contente que dans ce cours nous apprenions des plateformes que je ne connaissais pas et qu’en plus nous étions encouragés à les utiliser durant l’enseignement du professeur pour nous familiariser avec celles-ci. Aussi, le fait de communiquer entre collègues de classe sur Twitter durant le cours a permis de socialiser davantage et d’apprendre à les connaitre. J’ai tisser beaucoup plus de lien avec mes collègues en une session à la maîtrise, qu’en trois ans au baccalauréat. Enfin, partager entre nous nos notes de cours sur Twitter faisait en sorte que nous n’étions pas obligés de toujours être en train de tout noter et donc nous portions plus attention à la théorie enseignée.
 

Au niveau de la matière, tout était relativement nouveau pour moi. Que ce soit au sujet des algorithmes, des big data, de la blockchain, de l’intelligence collective, ainsi que tous les autres thèmes que nous avons abordés en classe, c’était tous des sujets que je n’avais jamais appris. Pour commencer, j’ai compris que l’expression « Gestion des connaissances » signifiait le partage d’information entre les Internautes, ainsi que toutes les plateformes et les innovations permettant la gestion et le partage de toutes ces connaissances. Ensuite, j’ai appris que toutes ces données s’inscrivent dans ce qu’il est possible d’appeler les « Big Data ». Le Big Data fait alors référence à la masse importante d’information. C’est l’augmentation du volume de données, soit ce que nous appelons « data », à traiter. Ainsi, le partage d’information sur Internet permet de créer une « intelligence collective », puisqu’entre eux les individus se partagent les connaissances et créent une intelligence qui est partagée collectivement. Lévy a même parlé durant un cours, qu’un jour il serait probable que l’enseignement universitaire ne soit plus enseigné en salle de classe, mais bien à travers les différentes plateformes numériques grâce à ce partage de connaissance. Cette idée fût soulevée lorsque nous abordions le concept de la « Blockchain », un concept fort intéressant, mais qui reste assez abstrait et plutôt difficile à comprendre. Cette Blockchain consiste en une chaine de blocs, soit des conteneurs numériques sur lesquels sont stockées des informations de toutes natures, comme des transactions, des contrats, des titres de propriété et beaucoup plus encore. Par conséquent, d’après Lévy cette technologie de stockage et de transmission d’informations pourrait un jour être utilisée dans le contexte scolaire, afin de partager des connaissances de façon cryptée. Par ailleurs, ce que j’ai trouvé le plus intéressant à apprendre dans ce cours c’est tout ce qui concerne les algorithmes. J’étais au courant que les plateformes comme Facebook réussissent à savoir ce que nous regardons sur Internet et qu’ensuite ils nous proposent sur notre page Facebook des éléments en lien avec nos recherches, mais je ne connaissais pas le mécanisme derrière ce phénomène. Je comprends maintenant que ce qui rend possible ce phénomène est ce qu’il est possible d’appeler les algorithmes. J’ai aussi aimé l’exemple donné en classe sur l’image du chien qui est décomposé en petites fractions auxquelles Internet accorde un sens et c’est ce qui permet ensuite que lorsque nous faisons une recherche sur Google par rapport aux chiens que des images de cet animal apparaisse. Ainsi, nous avons appris que tout ce qui nous entoure a dû être photographié et que l’humain a dû enseigner à la technologie à faire des liens entre cette image et des images semblables, afin d’offrir plusieurs options d’images à l’Internaute qui fait une recherche. Par conséquent, nous avons appris que les technologies de l’informatique ne sont pas « intelligentes », mais tout simplement « techniques ».

 

Finalement, le cours de « Gestion des connaissances » n’était en aucun cas semblable aux autres cours que j’ai suivis durant mes études universitaires, mais c’est probablement ce qui l’a rendu si intéressant et divertissant. J’ai appris beaucoup de choses dans ce cours qui me seront utiles dans la vie de tous les jours, mais aussi lorsque je commencerai sur le marché du travail.

 

Merci et je vous souhaite un bel été.